Qui est le Pape François qui vient visiter la République Centrafricaine en novembre 2015?

Written by on 2 juillet, 2018

Chers amis internautes de la Radio Maria Centrafrique, nous venons par cette page vous
présenter celui que vous connaissez certainement déjà à travers les médias et autres
moyens de communications sociaux, le Souverain Pontife, Sa Sainteté le Pape François, qui a
choisi notre pays, la République Centrafricaine, comme deuxième pays à visiter lors de son
tout premier voyage en Afrique, en novembre prochain.

En effet, le Pape François, de son vrai nom Jorge Mario BERGOGLIO, est originaire de
l’Amérique Latine, précisément de l’Argentine. Avant son élection au siège apostolique de
Rome, comme successeur de Pierre et Vicaire de Jésus-Christ, il était l’archevêque
métropolitain de Buenos Aires, en Argentine. Ce premier Pape Latino-américain, est un
missionnaire Jésuite, un pasteur de proximité et de périphéries ; ami des pauvres, il est
marqué et imprégné de la spiritualité de saint François d’Assise, son saint patron pontifical.
Elu Pape le 13 mars 2013, à l’âge de 70 ans, François est né le 17 décembre 1936, à Buenos
Aires, d’une famille venue d’Italie. Son papa s’appelle Mario, comptable de formation et
employé dans une société des chemins de fer, et sa maman Regina Sivori, ménagère qui
s’emploie pour l’éducation de ses cinq enfants à la maison. Après avoir obtenu son diplôme
de technicien en chimie, Jorge Mario choisi le chemin du sacerdoce et entre au noviciat de la
Compagnie de Jésus le 11 mars 1958. Il fut envoyé au Chili pour parfaire ses études de
lettres. De retour en Argentine en 1963, il obtient une maîtrise en philosophie. De 1967 à
1970, admis en théologie, il sort avec une maîtrise ; et le 13 décembre 1969, il est ordonné
prêtre. En 1970, il est envoyé en Espagne pour poursuivre ses études et le 22 avril 1973, le
père Jorge Mario professe ses vœux perpétuels.

De retour en Argentine, il est nommé maître des novices. Une responsabilité de courte
durée car il est élu provincial des Jésuites d’Argentine le 31 juillet 1973, pour une durée de
six ans. Ensuite, il revient dans l’enseignement comme professeur et recteur jusqu’en mars
1986, date à laquelle il se rend en Allemagne pour parfaire sa thèse de doctorat. Revenu en
Argentine, ses supérieurs lui confie une paroisse dans la ville de Cordoba. Et c’est là que le
cardinal archevêque de Buenos Aires, monseigneur Antonio Quarracino le sollicite comme
proche collaborateur. Il sera nommé évêque auxiliaire de Buenos Aires, le 20 mai 1992, par
le Pape Jean-Paul II et, le 27 juin, il reçoit l’ordination épiscopale. Cinq ans plus tard, le 03
juin 1997, il est promu archevêque coadjuteur de Buenos Aires et neuf mois plus tard, à la
mort du cardinal, il lui succède le 28 février 1998, comme archevêque et primat d’Argentine.
Trois ans plus tard, en la fête de sainte Agnès, le 21 février 2001, il est crée cardinal par le
Pape Jean-Paul II, lors du Consistoire. A la surprise générale de tout le monde, le nouveau
cardinal invite les fidèles à ne pas effectuer le voyage de Rome pour la fête, mais sollicite
que les frais du voyage soient destinés aux pauvres. Au synode des évêques consacré au
ministère de l’évêque, le jeune cardinal se distingue par ses réflexions en soulignant d’une
manière claire et précise la mission prophétique de l’évêque, son identité particulière
comme prophète de justice, son devoir inhérent de prêcher sans faille et sans cesse
l’enseignement social de l’Eglise et surtout d’exprimer un jugement authentique en matière
de foi et de morale. Cette prise de position prononcée, ne passera pas inaperçue, malgré son
caractère discret, simple, humble et sobre. Il est déjà présent dans les esprits de ses pairs,
les cardinaux.

Tagged as

[There are no radio stations in the database]